http://www.socofe.be/uploads/images/backgrounds/bg_elia.jpg
Socofe

ELIA / PUBLI-T / PUBLIPART - Actionnariat

PUBLI-T

 

  • PUBLI-T gère la participation du pôle communal (constitué jusqu'en 2012 du HOLDING COMMUNAL, d'intercommunales wallonnes, bruxelloises et flamandes, de SOCOFE et de VEH) en ESO/ELIA.
  • En 2010 , SOCOFE a participé à une augmentation de capital de PUBLI-T, portant ainsi sa participation à 13,35%. Cette opération a contribué à financer le rachat par PUBLI-T des parts d'ELECRABEL (12,5%) ainsi que la prise de participation dans le gestionnaire de réseau de transport allemand 50HERTZ TRANSMISSION.
  • En 2011 , l'assemblée générale extraordinaire du HOLDING COMMUNAL a voté la dissolution de celui-ci. De facto, il a perdu sa qualité d'associé de PUBLI-T.
  • Mai 2013 : PUBLI-T a finalisé une nouvelle augmentation de capital pour être apte à payer l'action de séparation au HOLDING COMMUNAL.
  • En septembre 2015 , PUBLI-T a procédé à une nouvelle augmentation de capital à laquelle SOCOFE a participé.
  • 2018 : SOCOFE a racheté les parts de NETHYS en PUBLI-T, soit 3,48%.
  • En 2019 , PUBLI-T a réalisé une augmentation de capital de 165 millions d’euros pour financer sa souscription dans l’augmentation de capital d’ELIA.
  • A cette occasion, les 30% aux mains des actionnaires wallons ont connu plusieurs mouvements : FINEST-FINOST a vendu ses parts en PUBLI-T à IPFH, SOFILUX, IDEFIN et IEG. Ces quatre IPF ont ensuite apporté leurs parts en PUBLI-T à SOCOFE en échange de parts en SOCOFE. 
  • L'actionnariat de PUBLI-T se répartit entre les trois Régions du pays et SOCOFE représente aujourd’hui plus de 92% de la participation wallonne, soit pratiquement l’ensemble des parts wallonnes en PUBLI-T.

PUBLIPART



  • Les actionnaires historiques de SPE détiennent PUBLIPART. Jusqu'en 2012, SOCOFE a été présente à hauteur de 12,92% du capital.
  • En 2012, SOCOFE a racheté les parts d'ETHIAS en PUBLIPART, portant sa participation à 13,49%.
  • Fin 2017, PUBLIPART a procédé à une réduction de capital. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la réorganisation de PUBLILEC, et plus particulièrement du retrait de la Ville de Gand de cette dernière. Elle permet de conserver les outils spécialisés pour le transport (PUBLIPART) d’une part, et pour le négoce et le trading d’électricité (PUBLILEC/EDF LUMINUS) d’autre part.