http://www.socofe.be/uploads/images/backgrounds/bg_elia.jpg
Socofe

ELIA / PUBLI-T / PUBLIPART - Profil

ELIA est le gestionnaire du réseau de transport (GRT) d'électricité en Belgique. Via PUBLI-T et PUBLIPART, SOCOFE détient une participation indirecte significative en ELIA. Cette position forte résulte de la priorité donnée par SOCOFE aux activités régulées de réseaux.

Réseaux : secteur stratégique

  • Dans un marché libéralisé, la production et la vente d'électricité (activités concurrentielles) doivent être séparées des réseaux (monopole naturel).
  • En Belgique, cette séparation est très poussée. Le législateur impose l'indépendance juridique des gestionnaires de réseaux par rapport aux opérateurs concurrentiels.
  • Les activités de réseaux occupent une place stratégique dans les marchés libéralisés. De plus, régulées, elles ont un rendement plus sûr et stable, qui correspond bien au type de rentabilité recherchée par SOCOFE pour les fonds communaux qui lui sont confiés.

Participation historique pour SOCOFE

  • En 2002, à la création de la société ELIA, le pôle communal représenté par PUBLI-T a pris une participation de 30% dans ESO, maison-mère d'ELIA. SOCOFE est aujourd’hui l'actionnaire le plus important de PUBLI-T.
  • PUBLIPART est également actionnaire d'ELIA et gère une participation en ESO/ELIA. Cette société est née de la scission des activités de production et de réseaux de la société intégrée SPE. Les activités de réseaux sont restées dans les mains de l'actionnariat belge de SPE. SOCOFE est un actionnaire important de PUBLIPART.
  • Actuellement, la part de PUBLI-T en ELIA s’élève à 44,87% et celle de PUBLIPART à 3,32%. (voir le schéma)

UNE POSITION DE PLUS EN PLUS FORTE

  • Juin 2005 : introduction d'ELIA en bourse. Les producteurs d'électricité (ELECTRABEL et SPE) ont cédé 40% du capital d'ELIA. Ils ont ainsi respecté les conventions conclues avec le Gouvernement belge concernant la libéralisation du marché.
  • En plusieurs phases, PUBLI-T a racheté une partie des parts cédées par GDF-SUEZ, qui ne voulait pas de position inférieure à 25% dans les activités de réseau d'énergie. Suite à ces achats, PUBLI-T détenait 45,37% d'ELIA. 
  • En 2010, PUBLI-T et PUBLIPART ont souscrit à l'augmentation de capital permettant à ELIA de poursuivre son développement ambitieux.
  • En 2018, à l’occasion de la restructuration du groupe PUBLIFIN-NETHYS, SOCOFE a racheté les parts de NETHYS dans PUBLI-T (soit 3,48%). SOCOFE a ainsi vu sa participation indirecte en ELIA monter à 9,4%.
  • En 2019, afin de financer son développement, ELIA a procédé à une augmentation de capital de 434,8 millions d’euros. Pour financer sa souscription, PUBLI-T a elle aussi procédé à une augmentation de capital de 165 millions d’euros.
  • A l’occasion de cette opération, les 30% de PUBLI-T détenus par les actionnaires wallons ont fait l’objet de différents mouvements. Au terme de ceux-ci, la participation de SOCOFE en PUBLI-T s’est encore renforcée. Elle est passée de 20,15% à 27,69%.
  • SOCOFE concentre désormais la quasi-totalité des parts wallonnes en PUBLI-T.

REORGANISATION DE LA STRUCTURE

  • En 2019, ELIA a procédé à une grande réorganisation interne. Le but était d’isoler les activités d’ELIA régulées en Belgique (reprises dans une nouvelle société : ELIA TRANSMISSION BELGIUM) de ses activités non régulées et régulées à l’étranger. Cette réorganisation clarifie la structure et offre à ELIA un cadre adéquat pour réaliser sa stratégie.   

Internationalisation et offshore : ELIA, acteur-clé

  • L'Europe est en pleine évolution et les cartes se redistribuent suite à la libéralisation des marchés de l'énergie. Dans ce contexte, ELIA a un rôle à jouer et de l'ambition affichée. Elle présente de solides atouts : une place centrale en Europe, un know-how technique reconnu, l'habitude des coopérations internationales, l'expérience de l'indépendance...
  • SOCOFE soutient cette ambition. En participant à une augmentation de capital en 2010, SOCOFE a contribué au financement du rachat des parts d'ELECTRABEL dans ELIA et à la prise de participation de contrôle dans le gestionnaire de réseaux de transport allemand 50HERTZ TRANSMISSION (plus d’infos dans le rapport annuel 2009 : télécharger le document PDF). En avril 2018, ELIA est devenue actionnaire à 80% de EUROGRID, le holding détenant les parts de 50HERTZ TRANSMISSION.
  • ELIA a su consolider sa place sur le marché centre-ouest européen. Grâce à des investissements d’ELIA dans la capacité d’interconnexion avec les pays limitrophes (liaison NEMO avec le Royaume-Uni mise en service en janvier 2019 après dix ans de développements, projet ALEGrO avec l’Allemagne, projet BRABO avec les Pays-Bas), la Belgique reste un des pays européens les plus ouverts et les mieux interconnectés.
  • ELIA est à présent bien placée pour franchir de nouveaux caps : développer son potentiel d'innovation sur le marché européen de l'électricité et se positionner comme un des acteurs de la transition énergétique, notamment en travaillant au raccordement des parcs éoliens construits au large des côtes belges avec le réseau électrique belge. 
Aller plus loin...

ELIA joue un rôle stratégique dans la transition énergétique

Dans notre rapport annuel 2015, retrouvez le focus consacré aux accords climatiques de la COP21, avec l’analyse de Chris Peeters, CEO du Groupe ELIA (Télécharger le PDF).

Voir l’inauguration de NEMO en images

Integration du renouvelable : une priorité

  • En 2012, le Gouvernement belge a aussi confié à ELIA la mission de développer un réseau maillé en Mer du Nord afin de raccorder les parcs éoliens construits au large des côtes belges avec le réseau électrique terrestre.
  • Dans un contexte de transition énergétique, ce développement est important et confère à ELIA une place-clé.  
  • ELIA a commencé par construire de nouvelles capacités de raccordement électriques entre Zomergen et Zeebrugge. La double liaison STEVIN (380.000 volts) inaugurée en 2017 représente le plus grand projet réalisé par ELIA ces dernières années en Belgique.
  • Après avoir étudié diverses options, ELIA a opté pour la mise en place d’une « prise en mer » et d’un réseau modulaire offshore (Modular Offshore Grid ou MOG). Celui-ci a été officiellement mis en service en septembre 2019.
  • Le MOG concentre en mer la puissance électrique des parcs éoliens offshore belges et constituera la tête de pont vers un réseau européen offshore. Il va permettre à la Belgique d'accéder à l'important mix énergétique renouvelable provenant principalement du Nord de l'Europe. Cela garantira aux consommateurs belges une alimentation en électricité verte même en l’absence de vent au large de côtes belges.