http://www.socofe.be/uploads/images/backgrounds/bg_otary.jpg
Socofe

OTARY / POWER@SEA / RENTEL / SEAMADE - Profil

OTARY regroupe huit acteurs belges actifs dans l'éolien offshore belge, dont SOCOFE. Ce holding développe notamment des projets de construction et d'exploitation de parcs éoliens offshore en Mer du Nord. Par cette participation, SOCOFE affirme sa place d’acteur wallon dans la réalisation des objectifs environnementaux.

Des forces réunies pour l'éolien offshore

  • Via OTARY, SOCOFE poursuit son développement dans l'éolien offshore et assure une présence wallonne dans l'exploitation énergétique de la Mer du Nord, de compétence fédérale.
  • En janvier 2011, huit acteurs de l'éolien offshore ont constitué la holding OTARY : les producteurs d'électricité verte ASPIRAVI et ELICIO (filiale de NETHYS qui a repris une partie des activités d’ELECTRAWINDS),  les sociétés du groupe de dragage et d'ingénierie DEME et GREEN OFFSHORE et les sociétés de financement Z-KRACHT, POWER@SEA, SRIW ENVIRONNEMENT et SOCOFE.
  • Ces partenaires sont déjà actifs dans le développement de l'éolien offshore par le biais de participations dans un ou plusieurs projets en Mer du Nord.
  • OTARY, véritable centre de connaissance pour l'énergie éolienne en mer, permet de dégager des synergies techniques et financières.

Trois des huit parcs prévus en Mer du Nord

  • OTARY a développé trois des huit parcs éoliens  prévus au large des côtes par le Gouvernement fédéral belge : RENTEL, SEASTAR et MERMAID.
  • RENTEL, logé dans la société du même nom, se situera à 34 km du port de Zeebrugge et produira 309 MW avec ses 42 turbines, correspondant à la consommation annuelle de 285.000 ménages.
  • SEASTAR, dont la société a été créée fin 2013, sera situé à 38 km des côtes.
  • MERMAID est le projet le plus complexe, notamment en raison de son éloignement des côtes. Il privilégiera les turbines les plus innovantes disponibles au moment de la construction. La concession initiale MERMAID a été scindée en deux parcs : NORTHWESTERN II et MERMAID. OTARY a une participation uniquement dans MERMAID.

FUSION SEASTAR/MERMAID

  • Le 20 juillet 2018, SEASTAR et MERMAID ont fusionné par apport de la société momentanée MERMAID dans SEASTAR NV, donnant ainsi naissance à SEAMADE NV. Cette opération vise à permettre un développement conjoint des deux projets et des économies d’échelle, d’autant plus nécessaires suite à la révision à la baisse du mécanisme de soutien LCOE par le Gouvernement belge en 2017.
  • Le projet SEAMADE représente une capacité de 487,2 MW.
  • Avec 70%, OTARY reste l’actionnaire de référence de SEAMADE, via une holding intermédiaire créée en 2018, OTARY BIS. Celle-ci est détenue à 51% par OTARY et le solde est détenu en direct à concurrence de 6,125% par chaque actionnaire d’OTARY. Les deux autres actionnaires de SEAMADE sont ELECTRABEL (17,5%) et ENECO (12,5%), nouvel actionnaire entré dans le cadre de cette opération.

RENTEL sort de l’eau

  • Après le bouclage du Financial Close fin 2016, la mise en place du chantier de construction du parc RENTEL a démarré en juin 2017.
  • Grâce à une accélération significative du processus de construction, la première production électrique injectée sur le réseau belge est effective depuis juin 2018 et la fin du chantier est prévue pour septembre 2018.

Raccordement nécessaire

  • Pour que ces énergies renouvelables puissent être intégrées au réseau électrique belge, les parcs éoliens offshore devront disposer de la connexion au réseau électrique terrestre ELIA, ce qui a nécessité de nouvelles capacités de raccordement et le renforcement du réseau électrique d’ELIA entre Zomergen et Zeebrugge (liaison STEVIN inaugurée en novembre 2017).
  • Ce raccordement se fera également via la mise en place d’un réseau modulaire en Mer du Nord (MOG), dont l’achèvement est prévu pour 2020.
  • L’installation de SEAMADE nécessitera un raccordement au MOG. Quant à RENTEL, le développement du MOG impliquera à terme le transfert de propriété du câble de RENTEL vers ELIA.

Exporter l'expertise belge via POWER@SEA

  • En 2013, POWER@SEA, jusque-là impliquée dans le projet de construction du parc éolien offshore C-POWER, a été scindée en deux sociétés : POWER@SEA et POWER@SEA THORNTON. POWER@SEA regroupe les participations en OTARY et à l’international, tandis que POWER@SEA THORNTON loge les parts détenues en C-POWER via C-POWER HOLDCO.
  • Jusqu’en 2016, SOCOFE a détenu 24,45% des parts de POWER@SEA THORNTON. Celle-ci a été liquidée en novembre 2016 en vue d’une réorganisation de la structure de l’actionnariat de C-POWER.
  • SOCOFE a participé aux augmentations de capital de POWER@SEA intervenues en 2014 et 2015 et détient aujourd’hui 24,45% de cette société. 
  • Par le biais de POWER@SEA, les partenaires wallons étudient depuis plusieurs années des sites de concessions à l’étranger. La société belge a obtenu les concessions pour la construction de deux parcs éoliens offshore au large des côtes polonaises (C-WIND et B-WIND).
  • POWER@SEA vise aussi à exporter l’expertise belge acquise au travers de C-POWER vers l’Allemagne, les Pays-Bas et la France.